archéo2Un diagnostic archéologique, réalisé par l'Inrap, Institut national de recherches archéologiques préventives., va avoir lieu du 23 novembre au 10 décembre sur la parcelle 885, située juste au nord du carrefour de la Croix du Grand Veneur.

 

archéo

Il s’agira d’étudier la fonction et l’origine des multiples tertres de pierres que l’on observe dans ce secteur.

 

 

Durant cette période, le parking de Belle-Croix sera fermé au stationnement. Le secteur situé entre la route Lebel, route Henri Chapu et la route du Luxembourg (portion de la parcelle 278) sera aussi inaccessible.

Troche5Rvers3BDans le cadres des opérations "Essonne verte, Essonne propre", les associations locales proches du site de La Troche organise une journée d'entretien et de nettoyage du site le samedi 10 octobre 2020.

Venez avec vos bras, mais les gants et sécateurs seront les bienvenus dés le matin !

juhel grimpeLundi 31 aout 2020, le Conseil Départemental de l’Essonne inaugure sa plaquette de valorisation des activités sportives de pleine nature en plein cœur de la forêt des Grands Avaux, sur le site côté Nainville les Roches. Le Président, François Durovray, est accompagné de ses adjointes aux sports (Sophie Rigault) et à l’environnement (Brigitte Vermillet).sandrine

Le massif est situé sur la commune de Champcueil et son maire, Sandrine Jacquet est ravie d’accueillir cette réception. Pour nous les passionnés d’escalade, ce site a longtemps été référencé comme étant le massif de Beauvais qui, de fait, est un des hameaux de Champcueil. C’est d’ailleurs le CoSiRoc, représenté par les amis des rochers de Beauvais (l’ARB) qui introduit la visite après une discussion assidue avec François Durovray.

Les grimpeurs fréquentent aussi assidument les sites de Seine et Marne (les forêts Fontainebleau en particulier) ; de fait, les massifs de l’Essonne sont de plus en plus fréquentés par un public diversifié et avant de choisir les Rochers du Duc pour cette conférence, un autre site animé par le CoSiRoc avait été envisagé : le viaduc des Fauvettes.

L’Essonne est riche de lieux remarquables ; près de 77 % de son territoire est occupé par des espaces ruraux ou naturels, propices au développement des sports de nature. Un diagnostic des sports de nature sur le territoire de l’Essonne a été engagé. Il recense environ 640 Espaces, sites et itinéraires (ESI) de pratique des sports de nature qui, au-delà de l’exercice physique, concourt à la santé publique, à l’éducation et la formation des citoyens, et revêt une dimension sociale importante.

Cosiroc Durovray

Affiche prévention incendie2020Les conditions climatiques de ces dernières années ont favorisé le développement d’incendies dans nos forêts. A ce titre, il est important de rappeler quelques règles de prudence.

A ce titre, l’ONF étant le premier gestionnaire d’espaces naturels de la région d’Ile-de-France est aussi le premier concerné ; les forêts publiques représentent 91 000 hectares, soit 8% de la surface régionale.

Au cœur d’un territoire densément urbanisé, les forêts offrent des paysages variés, aux patrimoines naturels et historiques remarquables. Chaque année plusieurs millions de Franciliens viennent s’y détendre, se balader ou pratiquer une activité. Dans les forêts domaniales appartenant à l’état (domaine privé de l’état ouvert au public), il convient aux organisateurs de demander une autorisation auprès de l’ONF qui en assure la gestion.

Parallèlement l’agence Île-de-France Est de l’ONF a réalisé la publication relative à ses activités (ici).

troupeau

Ça fait maintenant quelque mois, années, que l’on attend que les animaux d’élevage investissent la pâture de notre vallon d’Angoulême… De loin, nous préfèrerions cet environnement de fermiers aux motos tout-terrain pétaradantes, ou à l’installation de rave party bien bruyantes et malheureusement source de déchets et autres pollutions.

clotureDe fait, le fermier qui aimerait faire venir ses vaches a d’abord commencé par tenter de clore les pâturages convoités. Mais la tâche est plus compliquée que prévue car les bois qui entourent les prairies sont victimes de l’évolution climatique ; les arbres s’effondrent régulièrement sur lolivieres clôtures installées et pas seulement à proximité du viaduc.

Et pourtant cette année ce sont les moutons qui s’installent dans les diverses prairies de notre site. Olivier a développé un système d’élevage en milieu urbain en profitant de l’engouement pour l’éco-pâturage. Son objectif est de retrouver des façons de faire qui fassent revenir les insectes, qui limitent les attaques de ravageurs sur les cultures (limaces, altises), qui favorisent la biodiversité et la vie du sol, qui rapportent de la fertilité des prairies ou des broussailles vers les cultures.

Les zones de pâtures utilisées par ce "berger sans terre" sont très variées : de l’arboretum de Versailles, au parc du Château de Saint Jean de Beauregard, aux fermes des maraîchers de Saulx Les Chartreux et Magny Les Hameaux, aux couverts végétaux des fermes céréalières du plateau de Saclay, du PNR de la Vallée de Chevreuse, et maintenant sur les plaines du Viaduc des Fauvettes.

Si vous croisez Olivier n’hésitez pas à l’interroger sur sa démarche délibérément avant-gardiste de protection de notre environnement.