Attachjournal icon 50pc

Actualités

Sont regroupées ici les actualités qui ne concernent ni les circuits ni le viaduc des Fauvettes.

 

le requin titre 40pcIl y a une dizaine d’années l’ONF réalisait plusieurs petites mises en défens dans les chaos Dame jouanne / Requin aux endroits semblant présenter le plus de risques pour le passant, grimpeur ou randonneur. Ces zones avaient été repérées par Daniel Obert, géologue bleausard bien connu, qui avait identifié plus d’une dizaine de petits sites présentant des risques « évidents » de déplacement, d’affaissement ou même d’éboulement de blocs.
Certains, qui ne demandaient qu’une petite intervention « barreàminesque », ont pu être traités immédiatement pour placer les blocs en position stable.
D’autres auraient nécessité des travaux très importants et donc extrêmement coûteux, avec recours aux explosifs, d’où, par les vibrations, la création de nouvelles zones instables (un comble !) et aussi avec des impacts paysagers peu supportables. Ces endroits là ont été simplement « interdits » par deux fils de fers discrets, équipés du panonceau informatif de rigueur, matérialisant la frontière a ne pas dépasser sauf « à ses risques et périls ».
Si ces mises en défens n’avaient pas été réalisées, c’était l’interdiction totale du massif qui était très sérieusement envisagée. Rappelons au passage que le Cosiroc  a été pour beaucoup dans l’organisation et la gestion de la protestation générale qui a empêché cette décision au niveau préfectoral.

Ces zones étaient régulièrement surveillées mais après une longue période un petit état des lieux par un spécialiste était nécessaire. Daniel a été sollicité et une tournée d’inspection été organisée avec le responsable forestier de la Commanderie. J’ai eu la chance d’y participer, en n’oubliant pas d’y d’emporter ma casquette Cosiroc.

Résultat : à part le coin des « Tripes à Géo » que nous n’avons pas inspecté car nous nous sommes axés sur les zones « touristiques », la plupart des sites identifiés paraissent stables (ne présentent pas de signes marquants, indices d’une évolution à court terme) et le respect des clôtures des mises en défens suffit à éviter tout risque humain.
Seules trois d’entre elles montrent des évolutions sensibles qui peuvent provoquer une certaine inquiétude. Ce sont :

  • La Dalle de Feu au niveau de l’écaille de départ du 68 mauve
  • la zone Rascar Capac / Bivouac du Pof, juste au dessus du départ du mauve
  • la zone Toit du Fou / Boite aux Lettres du circuit Mauve au dessus de la DJ

 

depart calvaire

Un seul circuit pour ce petit massif ombragé et calme à proximité de la ville de Fontainebleau, mais quel parcours : l’Orange AD+ n° 1 !

C'est ici, le long du sentier bleu n° 2, que l'on trouvera l'un des plus célèbres toits de la forêt domaniale surnommé le « Calvaire des bras », qui tangente le départ de l'Orange.

Sur le bloc de départ, un chêne s’est récemment effondré. Christophe, qui s’est proposé pour remettre au propre le circuit, nous l’avait signalé.

L’ONF s’est chargé de le tronçonner, mais un coup de main était nécessaire pour déplacer le tronc. Avec les AFF et le COSIROC, rendez vous est pris ce mardi 17 décembre 2013. Le pied du rocher est maintenant dégagé. Les bois sont posés en forme d’obstacle précaire pour l’accès au toit afin que les promeneurs ne s’avancent pas trop près de la grotte (sécurité) ; il reste à reposer la barrière en biais.

A propos d'informations dont la publication est contestable.
(novembre 2013)

Le COSIROC dans ses statuts s’est proposé de défendre les intérêts des grimpeurs, en particulier dans les sites naturels d’Ile-de-France, ce qu’il réalise depuis près de cinquante ans. Le jugement des diverses pratiques grimpantes et de leurs publications informatives ne rentre pas dans le cadre de ses activités sauf si elles vont à l’encontre des intérêts des grimpeurs au sens le plus large (dégradation du rocher, du milieu, de l’image des grimpeurs, etc.). Cette occurrence ne s’est produite que rarement.

Nous sommes malheureusement obligés de relever dans le nouveau guide « 7 à + » de Sébastien Frigault et Jean-Jacques Naëls (été 2013) la publication de croquis détaillés de blocs et accès dans des zones interdites à l’escalade. De plus, les principaux sites du Coquibus sont aussi décrits avec précision au risque de rompre le consensus général, respecté depuis maintenant 30 ans, qui est de ne publier que le minimum de renseignements concernant cet espace pour qu'il reste un territoire de découverte.

Ces publications détaillées inopportunes ne peuvent êtres compensées par la rédaction d’un avertissement (reproduit ci-dessous), bien discret, au sujet de l’existence d’interdictions.

onfJeudi 4 juillet 2013 ; Suite à un contact informatif avec les forestiers des Trois Pignons et pour faire gagner du temps à un projet concernant le Monument, le COSIROC s’est proposé pour intervenir en nettoyant et faisant un bilan de l’état de la terrasse sommitale. La cordée d’assaut du Cosiroc armé de brosses et serpettes ascensionne la Croix de Lorraine suivant la technique dite de (l’Aiguille de) la République (lancé de cordelette, puis mise en place de cordes diverses suivie d’une progression aux jumars).

Les chamois GA 15pc

Evidemment ce ne sont pas des chamois, mais des bêtes magnifiques qui se sont installées dans notre massif des Grands-Avaux. Un beau troupeau d’Aube Trait Nature qui n’est pas dans la partie du Rocher du Duc où se situent les parcours d’escalade, mais dans le massif du Buisson. Avant ou après une escapade sur les rochers, cet espace naturel sensible mérite bien un petit détour.