Attachjournal icon 50pc

Actualités

Sont regroupées ici les actualités qui ne concernent ni les circuits ni le viaduc des Fauvettes.

 

Nous avons pu convaincre l'IRDS de la nécessité de compléter son rapport qui ne portait que sur l'escalade en SAE à la FFME.
De nombreux échanges de mail et une réunion le 20 décembre à Noisy complétée d'une visite de terrain ont été effectués afin de fournir la matière pour l'escalade en sites naturels.
Il faudra aussi voir comment aura été traitée l'escalade sur SAE hors FFME.
Ce rapport nous sera soumis pour examen critique avant diffusion.

Le COSIROC s'est associé à une action pilotée par la FFME pour convaincre la municipalité de Nemours de considérer l'escalade comme un vecteur de développement touristique et "institutionaliser" l'escalade dans les sites de Nemours.
Après quelques réunions avec les représentants de la municipalité une convention a été signée avec la FFME le 16 décembre.
Ceci a été associé à une rénovation/création des circuits locaux.

Un courrier rédigé par le COSIROC et cosigné COSIROC, AAFF et FFME a été envoyé le 20 décembre à la préfète de Seine et Marne avec copie au maire de Fontainebleau, au directeur de l'ONF Fontainebleau et au Commissaire de police de Fontainebleau pour demander une rencontre pour traiter des mesures à prendre pour rendre le parking de l'Épine à sa destination initiale.

Trois comités pilotés par la préfecture et l'ONF coexistent pour la forêt de Fontainebleau : comité scientifique et des usagers, Natura 2000 et forêt d'exception.
Les sujets traités étant le plus souvent les mêmes, une harmonisation de la composition de ces comités a été décidée par arrêté préfectoral.
A cette occasion, le COSIROC a été éjecté de ces comités, ainsi que l'ensemble du mouvement sportif (FFME, FFRP, etc) remplacé par un représentant du CDOS qui s'est déclaré non compétent.
Malgré notre lettre de protestation commune avec la FFME à la préfecture et à l'ONF nous n'avons pas été réintégré dans ces comités.
"La politique ne consiste pas à résoudre les problèmes, mais à faire taire ceux qui les posent" (H. Queuille).
Nous verrons la suite à donner avec la FFME.

La couverture arborée de la Troche ayant progressé assez considérablement ces dernières années, et la carrière n’étant pas exposée aux vents dominants, l’humidité y est plus tenace. D’où le développement d’un bon nombre de végétaux gênants pour le grimpeur : mousses,  lichens, fougères et autres plantes de parois dans les fissures et reliefs des faces verticales, ronces acacias, et autre orties au pied du banc de grès et de même sur sa partie sommitale dans les nombreuses vasques qui se sont atterries et restent humides très longtemps. Elles favorisent ainsi la pousse d’un grand nombre de plantes, y compris des chênes et des bouleaux.

nettoyage basG26Ravnettoyage basG26Rap